Zoom sur : Molles

LE PATRIMOINE ENSEVELI DE MOLLES

Pour ce premier article, je vous propose de revenir sur les résultats des recherches menées sur le site archéologique de “la Couronne”.

 

Depuis 2010, Damien Martinez, un étudiant de l’Université de Clermont-Ferrand, nourrit sa thèse sur la christianisation des campagnes en Auvergne, de l’Antiquité tardive au Haut Moyen-Age.

Ainsi, il reprend des investigations qui ont été menées à la fin du XIXe siècle.

 

Son initiative perdure aujourd’hui et fait travailler main dans la main des chercheurs comme des bénévoles, ayant à cœur de recoller les morceaux d’une période historique méconnue. Le chantier est ouvert et accueille les volontaires chaque été.

 

Il semble maintenant important de comprendre quelles ont été les fondements du christianisme dans notre région, d’autant que les passés respectifs de nos communes sont liés par un plus grand dessein.

 

Les deux phases de fouille ont permis de conclure que le site de La Couronne témoignait d’une redécouverte des savoir-faire antiques en termes d’architecture. En effet les murs de la construction étaient destinés à durer dans le temps. Les analyses faites sur le site font naître des hypothèses quant à l’usage de ces bâtisses, qui à cette période, ont façonné le visage rural régional. Dans les quelques ouvrages qui la citent, l’Auvergne est dépeinte comme une région ponctuée de castella, que nous pouvons interpréter comme les nombreuses forteresses (ou ruines) surélevées, présentes dans nos paysages vallonnés.

 

Situé à l’extrémité d’un éperon rocheux à 395 m d’altitude, sur un plateau dominant la vallée Maudite et celle des Malavaux, il est possible que l’établissement eût un rôle militaire. En effet, il se trouve à proximité des agglomérations de Vichy, ville thermale nommée Aquis Calidis, et Roanne Rodumna, qui prennent de l’importance après la conquête romaine au Ier siècle avant J.C.

 

“La Couronne” aurait donc prospéré à la fin de l’Antiquité et pendant quelques siècles encore, mais surtout aurait contribué au bon développement du christianisme dans les endroits reculés. L’établissement aurait été le refuge et le lieu de vie de communautés, sous la protection de l’évêque, comme l’ont été d’autres lieux durant les périodes mérovingienne et carolingienne.

 

Il est incroyable d’imaginer que des endroits oubliés et souvent méconnus, si proches de chez nous, aient pu jouer un rôle même mineur dans l’Histoire de France (ou plutôt de la Gaule).

 

Plus émouvant encore : l’abandon de lieux comme celui de la Couronne n’est pas forcément dû à un manque de considération mais plutôt à une envie d’aller de l’avant et de prospérer ! Son déclin est le ricochet de la naissance de la future cité royale de Cusset, voisine, au sein de laquelle fut fondée l’abbaye Saint-Saturnin. Grâce à cela, la paroisse bénéficie maintenant d’une majestueuse église.

 

 

Les priorités de nos aïeux n’étaient certes pas les nôtres. Peut-être que notre rôle aujourd’hui est d’essayer de comprendre, et de préserver ce site (et d’autres) en mémoire de ceux qui les ont bâtis et y ont vécu.

 

La préservation de notre patrimoine est une affaire collective qui nécessite parfois peu de ressources. Durant les beaux jours, une petite balade à Molles est l’occasion toute trouvée de découvrir ce lieu !

 

 

Carla Dos Santos

plan de l'église et phasage

Auteur de la thèse initiale :

 

Damien Martinez et avec la collaboration de Sandra Chabert, « Le site de La Couronne à Molles (Allier) : un établissement de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge.

Pour des compléments d’informations, consultez les liens ci-dessous :

 

Bilan des campagnes de recherches sur le site BUCEMA

https://journals.openedition.org/cem/12382

https://journals.openedition.org/cem/11933#ftn2

 

Le site de la commune

http://www.molles.fr/